Vendredi 4 juillet 2008

Les enfants crient sous la douche trop froide puis trop chaude. Chacun dans son box tente de décoller sa fatigue. Devant les portes, Je trépigne, serviettes sur l'épaule. Une migraine latente-ou la caféine- agace mes gestes. Mes pensées zappent des tentes déjà montées aux bagages entassés, du trajet accompli, seule avec les enfants, à l'eau qui dégouline sous mes semelles.

700 km m'éloignent de cette année. 5 aires d'autoroute, 2 heures d'embouteillages à Paris, à jongler entre la première et la deuxième vitesse... et déjà 4 appels en absence sur mon portable.

Phiip maison. J'appelle.

Mon homme commence par une devinette. Je suis chinoise, je... Je n'entends pas la suite. Mes yeux sont brouillés, je n'y crois pas. C'est une fille ? Son âge ? 2 ans ? Philippe bafouille, submergé d'émotions. Il ne sait pas son nom, sauf qu'il est chinois ! Il me parle de ce qu'il sait, de ce qu'il n'a pas demandé, de ce qu'il va faire. Je dis oui à tout, j'entends sans réellement écouter. Propos entrecoupés de rires et de larmes : mes jambes tremblent. Mon blindage de prévisions s'effondre.

C'est aujourd'hui. 19 heures. Aujourd'hui, je m'autorise à penser mon enfant. J'appréhende sa taille, sa silhouette, son regard. Je la vois courir avec son frère et sa sœur. Elle s'installe dans ma vie. Tout mon corps encaisse ce bouleversement.

Aujourd'hui, l'attente s'arrête, commence et continue.

Commentaires

1. Le jeudi 15 octobre 2009, 17:38 par Luc

Ce moment est surement le meilleur et le pire que nous ayons vécus. La ligne était pourrie, nous avons été coupés deux ou trois fois, nous n'avons pas compris son prénom, ni grand chose d'ailleurs. Nous savions juste que ça y était, mais qu'il fallait maintenant attendre pour y aller...

2. Le jeudi 15 octobre 2009, 22:28 par alice

C'est sur que ça devait être frustrant !!!

C'est un moment qu'on attend avec tant d'impatience...

3. Le mercredi 30 janvier 2013, 09:29 par cat du Cher

Voilà, nous aussi nous l'avons eu ce coup de téléphone. C'était le 31 avril 2012, et j'étais aussi dans une sorte de brouillard où j'entendais de loin, je répétais bêtement à mon mari ce que l'on me disait, et j'attendais qu'on m'en dise plus, si bien que je n'ai pas retenu grand chose. C'est spécial ce "non état" dans lequel on se trouve dans ce moment-là.
Aujourd'hui, le 30 janvier nous sommes tout prêts d'aller à sa rencontre enfin... Notre princesse du Congo.

4. Le dimanche 3 février 2013, 17:20 par alice

Félicitations !!! Le temps est plus long quand on est séparés.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet